Accueil Precedente Table “Documents" Pieges Pieges Moteur recherche


STRUCTURE LINGUISTIQUE

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus .....


Déclinaison et construction de la phrase


Les langues créent des systèmes (linguistiques) et font en sorte que le message communiqué soit "clair". Ce qui est exprimé ne doit donc pas prêter à confusion, à ambiguité. Par exemple, en français (et autres langues latines), le groupe sujet est habituellement avant le verbe, le complément d'objet direct (C.O.D.) après.
Les phrases ci-dessous
Le garçon voit le chien.
Le chien voit le garçon.
... ont de toute évidence un sens différent. En allemand, par exemple la distinction entre sujet et C.O.D. est surtout marquée par le cas (la déclinaison). Ainsi cette phrase française:
"Le garçon voit le chien."
.... se dirait habituellement en allemand:
 "Der Junge sieht den Hund."
...mais pourrait éventuellement se dire
"Den Hund sieht der Junge".
Ainsi, la phrase suivante peut parfaitement exister en allemand :
Den Hund hat der Junge ja gesehen aber....
et sa traduction serait : Le garçon a bien vu le chien mais...

A la différence du latin, le cas (et donc la fonction) est essentiellement indiqué en allemand par l'article (plus précisément par le déterminant) et non par le nom seul.

L'inflexion


Le mot allemand est "Umlaut". L'inflexion s'écrit aujourd'hui souvent comme le tréma (les ordinateurs et autres machines sont la cause de cette simplification). Cependant la valeur linguistique n'en est pas la même. Alors qu'en français (espagnol et portugais) le tréma sert à prononcer de manière séparée deux voyelles qui se suivent (ex: maïs), l'inflexion en allemand, sert à modifier la prononciation de la voyelle sur laquelle elle est placée.
L'inflexion était autrefois écrite comme un petit "e" surmontant la voyelle. On peut encore trouver (mais très rarement) des traces de cet usage où le "e" suit la lettre à infléchir, par exemple dans le mot écrit "Uebung" au lieu de "Übung" (die Übung = l'exercice).

La lettre ß


Cette lettre (prononcez  "ess-tsett") est la seule survivante de l'alphabet gothique ( Texte gothique , Historique et Alphabet) . Elle est formée graphiquement de l'ancien "s" gothique et d'un "z". (graphie du "s" gothique à voir dans le texte dont le lien est cité ci-dessus, dans le groupe de mots "seine zweig", ligne 2.).  Une réforme orthographique en 1996 a supprimé presque tous les "ß", les remplaçant par "ss".

Ordre des cas dans le tableau de déclinaison


(Intéressera plutôt les personnes qui auraient débuté l'étude de l'allemand il y a assez longtemps)
La succession actuelle des cas : nominatif, accusatif, datif, génitif était différente dans de très anciennes grammaires.